Drainage et puits de décompression piscine

Le bassin d’une piscine peut parfois être amené à se déplacer, sous l’action conjointe de l’eau, du terrain, ou encore de pentes proches de la piscine. Les conséquences sont alors très fâcheuses : pour les éviter, mettre en place un système de drainage et puits de décompression est parfois inévitable. Comme son nom l’indique, il consiste à installer un drain tout autour du bassin, ou dans ses fondations, afin de dévier l’eau qui pourrait exercer une pression trop importante. Lorsque vous construisez une piscine enterrée, il faut toujours s’interroger sur la nécessité d’y prévoir ou non un système de drainage. Mais ,c’est une question à laquelle il est heureusement facile de répondre, comme nous allons le voir.

Avez-vous besoin d’un réseau de drainage ?

Plusieurs cas nécessitent la mise en place d’un système de drainage :

Un sol argileux ou sableux

Naturellement, les sols sableux sont très instables : ils tendent à se désagréger par temps sec et chaud. À l’inverse, ils gonflent et bougent fortement en cas de temps humide. Ce type de sol nécessite sans hésitation un renfort des fondations, comprenant un drainage pour contrecarrer l’instabilité, ainsi qu’un puits de décompression pour votre piscine.

De leur côté, les sols argileux réagissent fortement aux variations de température, ainsi qu’à l’humidité. Au contact de l’eau, ils gonflent, puis retiennent l’eau, qui stagne jusqu’à son évaporation s’il n’y a aucune possibilité d’écoulement de prévue. Les sols argileux se fissurent et se compactent par temps sec et chaud.

Sur de tels sols, il convient d’installer pour votre piscine, un puits de décompression, et un système de drainage, avec lit de gravier, ainsi que drains périphériques.

Sur ces 2 types de sols, sans drainage, la piscine peut se soulever ou s’affaisser, glisser, et voir sa structure se fissurer progressivement. Pour en connaître un peu plus sur la qualité de votre sol, je vous invite à cliquer sur ce lien : https://gissol.fr/donnes/cartes

En cas de nappe phréatique ou de poche d’eau souterraine

Si ces éléments sont proches de la piscine, il est nécessaire de les assécher, ou bien de mettre en place un système complet de drainage. Il existe en effet un risque d’écroulement ou de soulèvement, en cas, respectivement, d’affaissement de terrain ou d’inondation. Il sera également indispensable d’assécher le terrain lors des travaux.

Si votre piscine est placée dans une cuvette ou au pied d’une pente

Au pied d’une pente, votre piscine risque de connaître des glissements de terrain, ou un ruissellement important des eaux. Dans une cuvette, elle est exposée à l’accumulation d’eau. Vous l’aurez compris, dans ces 2 cas de figure, le drainage est nécessaire pour évacuer les eaux extérieures, et améliorer leur circulation.

Une installation incontournable !

Ne faites surtout pas l’impasse sur le drainage si vous êtes dans l’un des cas ci-dessus ! De-plus, c’est une installation facile à réaliser, peu chère, et qui vous évite potentiellement de graves problèmes, comme la déformation ou l’affaissement de votre piscine, ou encore des remontées d’eau. Tout comme pour une maison individuelle et ses fondations, vous devez vous interroger sur le drainage au moment du gros œuvre. Une fois le radier coulé ou les cotés de la piscine remblayés, il devient beaucoup plus compliqué de rectifier le tir. Vous risquez de regretter amèrement votre négligence.

Comment installer votre système de drainage ?

Ce dernier se compose de 3 éléments :

La couche de gravier sous le bassin

Le lit de gravier est très souvent préconisé, et constitue un passage inévitable de votre système de drainage. Appelé drainage de fond, il prend place en dessous du radier du bassin, et gère principalement les eaux de ruissellement.

Gravier drainage

En présence de sols argileux, il est possible de placer un géotextile en sous les graviers. Cela évite que les diverses couches du sol bouchent l’espace entre les gravillons, à cause de la terre. En fonction des risques pressentis, la hauteur de la couche de gravier peut varier entre 5 et 20 cm de haut. La couche de gravier facilite l’écoulement de l’eau naturelle sous la piscine, et prévient sa stagnation. Cependant, il est souvent bienvenu de placer un lit de gravier, même quand une bonne qualité de sol ne rend pas obligatoire la mise en place d’un réseau de drainage. Ce lit permet en effet de stabiliser le bassin, en assurant une parfaite répartition des charges sur le sol.

Les drains

Ceux-ci se placent avant le remblaiement, et ceinturent le plus souvent le bassin. Il est parfois intéressant, selon le contexte, de les installer aussi dans le lit de gravier, en dessous du bassin. À l’instar des tuyaux d’arrosage placés sous terre, ils sont munis de petites fentes, afin de pouvoir capter l’eau. Concrètement, les drains sont des tuyaux d’environ 10 cm de diamètre souples. Ces caractéristiques leur octroient une facilité d’installation, et une bonne résistance au remblaiement. Ils sont recouverts de graviers roulés, ou encore de géotextile, afin que leurs fentes ne se bouchent pas avec les années.

drainage périphérique

Les drains viennent en support du lit de gravier. Ils acheminent les eaux capturées vers le dernier élément : le puits de décompression.

Le puits de décompression

On lui connaît également d’autres noms, comme le puits d’assèchement, le puisard, ou encore le drain vertical. Il offre une vraie plus-value à votre piscine, pour plusieurs raisons.

  • Il offre une vision instantanée de l’humidité du sol en cas de vidange du bassin. En effet, il ne faut jamais vidanger votre piscine si le sol alentour est trop humide avec une nappe phréatique trop haute. Le risque est cependant minime pour les piscines bétons mais la présence d’eau peu repousser le bassin vers le haut pouvant entraîner des fissurations. C’est d’autant plus vrai pour les piscines en coque, ou la coque elle même se soulèvera irrémédiablement.
  • Il capte les eaux remontant du sous-sol, ou celles d’infiltration. Pour cela, le puits les redirige vers les égouts, ou fait appel à une pompe. Ainsi, en collectant les eaux alentours, il assèche le terrain, et évite que la structure du bassin s’affaisse, se fracture ou se fissure.

Comme expliqué, il faut prévoir votre puits de décompression dès le terrassement de votre piscine. Il prend place à côté du bassin, et peut être réalisé avec un tuyau souple ou rigide de 15 à 20 cm de diamètre. Le puits de décompression doit avoir un point bas situé sous celui de la piscine. Par exemple, si le bassin possède son point le plus profond à 1,5 mètre, le puits devra être creusé jusqu’à 1,7 ou 1,8 mètre. Cet équipement primordial est très recommandé pour les sols argileux, ou en forme de cuvette. Il doit être bien vérifié en périodes de pluies.

En fonction du type de drainage, il peut assumer plusieurs rôles :

  • Recevoir les eaux issues des drains périphériques ;
  • Permettre la vérification du niveau d’eau et d’humidité souterraines ;
  • Accueillir une pompe pour évacuer les trop-pleins.

Étape suivante

Lorsque votre réseau de drainage est correctement mis en place, la prochaine étape est d’implémenter le radier sur vos graviers, bien répartis en fond de fouille. Personnellement, je n’ai pas eu besoin de ce type d’installation pour 3 raisons :

  • Le fond de mon terrassement était supérieur au niveau de la nappe phréatique ;
  • Ma terre était très stable et caillouteuse (à base de galet de Crau) ;
  • Mon bassin ne prenait pas place au plus bas de mon jardin.

Auteur de l’article : Yann